jeudi 29 mai 2014

Série TV versus Livre / Bitten

Hello !

Aujourd'hui, je vous propose un article qui s'éloigne un peu de la ligne éditoriale habituelle du blog. C'est qu'après plus d’un mois sans pouvoir mettre de vernis sur mes ongles hyper abîmés, qui commencent tout juste à reprendre du poil de la bête, je me suis tournée vers d'autres centres d'intérêt, et aujourd'hui j'avais envie de vous en parler ! 

En l'occurrence, je vous avais déjà parlé de ma passion pour la lecture. J'adore bouquiner, c'est mon passe-temps favori. Et lors de mes pérégrinations littéraires, je suis tombée sur la série Women of the Otherworld, de l'auteur Kelley Armstrong. Le genre de série de "bit-lit" que j'affectionne, avec des héroïnes crédibles, qui ont leurs forces et leurs faiblesses, des créatures surnaturelles très bien construites. Loups-garou, vampires et sorcières, fantômes et démons peuplent les pages de ces romans et font partie d'un monde parallèle au nôtre que je trouve vraiment bien conçu.
 
 
Et puis, grâce à Tequi et son super blog Smells like Chick Spirit, j'ai découvert que le premier tome de la série, Bitten, avait fait l'objet d'une adaptation sous format de série télé. Il a donc bien fallu que je m'intéresse au sujet ! Et je me suis enfilée les 13 épisodes de la saison en un week-end. Du coup, je me suis dit que j'allais vous faire un petit comparatif entre la série et le roman, pour vous donner le point de vue de quelqu'un qui connaît les deux !
 
Spoiler disclaimer : je connais maintenant trop bien les mondes concernés (livres et série) pour me rendre compte de ce qui est un spoiler et de ce qui n'en est pas un. Il y en a donc certainement qui traîneront dans les lignes suivantes. Pour les très gros spoilers, je les signale à l'avance et les passe en blanc, il vous faudra sélectionner le texte pour les lire.
 
 
Synopsis :

La série comme le roman commencent sur la même prémisse : Elena Michaels, journaliste politique dans le livre (photographe dans la série) est un loup-garou. Elle vit à Toronto et tente de maintenir une vie normale entre son petit ami Philip (41 ans dans le bouquin, bien plus jeune à l'évidence dans la série), son métier, et les transformations régulières qu'elle doit dissimuler. Mais quand son ancienne "famille", sa Meute, l'appelle à la rescousse pour résoudre une série de meurtres commis pas un loup-garou renégat, elle n'a d'autre choix que de retourner à Stonehaven et de les aider...

Remarques générales :
 
La série est une adaptation et non un copier-coller du bouquin, et c'est tant mieux !

Les romans sont écrits à la première personne, et ce point de vue interne est impossible à rendre sous le format série, ce qui force à la mise en place de plusieurs intrigues parallèles pour maintenir le rythme et éviter une structure trop linéaire. C'est ce qui est fait ici, plutôt pas mal, avec quelques partis pris intéressants.
Détail amusant, la série ré-actualise l'histoire pour la ramener en 2014 :  les livres, écrits au début des années 2000 (2001 pour Bitten), font la part belle à la recherche d'une cabine téléphonique. Dans la série, tout le monde a un portable... Un i-phone, en fait. C'est rigolo quand on s'en rend compte, et plutôt une bonne idée pour ancrer l'histoire dans le présent !
 
A une ou deux exceptions près, les épisodes de la série portent le nom de chapitres du roman, ce qui offre une certaine continuité. Roman et séries n'ont pas la main tendre avec les personnages : on peut mourir, assez nettement et sans résurrection capilotractée derrière (je déteste les résurrections capilotractées). Ce ne sont pas les mêmes qui meurent entre la série et le livre, mais ça fonctionne quand même.
 
Le casting :
 
 
Alors là, je dois dire, je suis assez ravie.
Elena est belle et blonde, ça énerve un peu - mais est supposée être belle et blonde, pas le choix ! Jérémy n'est pas mal non plus, le cheveu pourrait être un poil plus long pour refléter le je m'en foutisme du personnage en ce qui concerne son apparence (mais là je chipote). Nick est à tomber par terre, le parfait play-boy, exactement ce qu'on en attend.
 
Deux gros coups de cœur à signaler dans ce cast. Tout d'abord, Clayton Danvers : j'étais déjà vendue parce que je trouve le personnage fabuleux dans les romans, mais Greyston Holt est franchement parfait dans le rôle. Ténébreux, fichu comme un dieu (ces fesses !), il correspondait tout à fait à l'image que je m'étais faite de Clay. Mon deuxième coup de cœur concerne Pascal Langdale dans le rôle de Karl Marsten : là aussi un personnage que j'apprécie énormément, il est parfaitement interprété, avec ce côté très chic qui cache des profondeurs insoupçonnées.
 
Ce qui fonctionne :
 
Dans l'ensemble, la storyline est assez bien respectée, même si la deuxième moitié de la saison est un mix entre le roman Bitten et la guerre d'accession au statut d'Alpha de la meute racontée dans Men of the Otherworld, un recueil de novellas sorti un peu plus tard.
Il fallait, pour des raisons évidentes de formats, avoir une bonne grosse baston qui déchire, et cela fonctionne plutôt très bien. En revanche Spoiler Alert la présence de Malcom aux commandes est à l'opposé du roman, où il est effectivement tué sans fanfare par un quelconque Cabot End Spoiler. Cela ne m'a pas énormément dérangée, car c'est réintégrable par la suite s'ils prennent le deuxième roman comme ligne directrice pour la deuxième saison.
 
Sont plutôt bien rendues aussi les relations entre les personnages : l'attirance conflictuelle entre Elena et Clay, le côté "grand frère" de Nick et Logan envers elle, le fait que Jérémy serve un peu de père à tout le monde et sa relation très fraternelle avec Antonio. La relation entre Elena et Philip passe aussi très bien à l'écran, et contraste autant que dans le roman avec la complicité qu'elle a malgré elle avec Clayton.
 
 
Ce qui m'a posé problème :
 
Les défauts de la série ne sont pas rédhibitoires mais ils existent.
Tout d'abord, si les transformations en loups ne sont pas mal fichues, peut-on m'expliquer qui est responsable des effets informatiques et ce qu'il croyait faire avec la démarche sautillante des loups ? je crois que Tequi l'a vu aussi, et c'est probablement la première chose que l'Homme a remarqué en voyant le premier épisode...
Un autre point que j'ai considéré comme un défaut, mais c'est sans doute parce que j'ai passé trop de temps plongée dans l'univers des romans, c'est la "raison" pour laquelle Elena est devenue un loup-garou : Spoiler Alert rien de "sacrificiel" dans le comportement de Clayton quand il la mord dans le livre, rien que de la panique à l'idée que Jeremy ne le laisse pas rester avec Elena - il n'avait aucunement prévu de la tuer. Cela "gnan-gnan-tise" un peu trop la relation plus complexe que cela entre Clay et Elena End Spoiler.
 
Au final, c'est plutôt une bonne série et j'étais très contente qu'elle soit reconduite pour une deuxième saison - j'ai appris ça la semaine dernière sur Twitter.
Stolen, le deuxième tome de la série de roman, est toujours centré sur le personnage d'Elena mais élargit un peu le cercle des surnaturels, et je pense qu'avec quelques remaniements, il pourrait servir de ligne directrice à une excellente saison 2.
 
A guetter à la rentrée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire